21 Février Hollande sautera-t-il sur la mine posée par Sarkozy ?

Publié le par Poing rouge

Cette mine a pour nom MES pour "Mécanisme Européen de Stabilité". Le candidat-Président Sarkozy et ses snipers de la cellule "Riposte" ont bien compris tout le parti qu'ils pouvaient tirer de cette bombe posée sur la route de l'Elysée. Si le candidat Hollande tombe dans le piège, il est mort.

 

Explosion

 

Dans un premier temps, dans le camp Hollande, on n'a pas vu l'objet piégé sous un dispositif  européen de plus, un additif aux Traités antérieurs ... mais c'était sans compter avec la mémoire des luttes du Front de Gauche. Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon ont expliqué, devant des assemblées citoyennes attentives et nombreuses, le coup d'état qui se préparait ainsi.

 

Aussi, alors que tout devait se passer dans l'indifférence générale, en quelques jours, le "bruit et la fureur" ont réveillé les citoyens. Les plaies ouvertes en 2005, puis en 2008, risquaient d'empoisonner la campagne placide de Hollande. Sur internet, les "blogcheviks" mettaient en circulation les listes des parlementaires, notamment socialistes qui s'étaient abstenus à Versailles. D"autres interpellaient leurs députés socialistes sortants sur leur intention de vote le 21 février. L'élu de l'opinion aux Primaires socialistes risquait d'être incompris d'une partie de ses propres militants ... On envisageait un repli tactique vers l'abstention que justifiait ainsi l'économiste PS, Liêm Hoang Ngoc ; "En nous abstenant, nous envoyons un signal pro-européen mais critique à l'endroit du couple Merkozy." Un petit bijou de langue de bois !

 

Dans un parti qui n'est pas monolithique et Hollandolâtre, et où nous comptons encore nombre de camarades avec lesquels nous avions tracté en 2005 pour le "Non au TCE", les lignes bougent. Marie-Noëlle Lienneman, Gérard Filoche, et tant d'autres, appellent à voter contre le MESF. Mais la victoire de la gauche au printemps prochain n'est-elle pas l'enjeu de cette journée décisive ? Malgré ses déclarations stupéfiantes au Guardian, Hollande sait qu'il n'aura pas de majorité aux Législatives sans les "Rouges". Alors ?

 

À ce soir, devant l'Assemblée Nationale ...

 

 

Commenter cet article