Bayrou Mélenchon, croisement des courbes sondagières !

Publié le par Poing rouge

« Moins d’une semaine après l’intervention télévisée du Président Sarkozy sur six chaînes et l’annonce de sa candidature pour un deuxième mandat, c’est un véritable coup de tonnerre qui secoue toutes les rédactions de la presse écrite, audiovisuelle et internet …

 

Melenchon-Bayrou2

 

Pas moins de quatre instituts confirment ce qui ne semblait être, au début, qu’une rumeur improbable, un buzz iconoclaste : les courbes sondagières de Messieurs Bayrou et Mélenchon se croisent !

Avec 9% d’intentions de vote (-3) François Bayrou s’effondre, tandis que le candidat du Front de Gauche, crédité de 13% d’intentions de vote, poursuit sa progression et se rapproche de Le Pen qui flirte toujours avec les 16-17%, données corrigées bien entendu … »

 

Je n’ai jamais cru au succès de la candidature Bayrou – 2012 n’est pas 2007. Les faiseurs d’opinion ont chanté sur tous les tons « Bayrou ! Bayrou ! » reprenant l’inusable ritournelle bonapartiste de la Vème République  « la rencontre d’un homme et du peuple » mais l’homme, justement, est seul, son Centre droit s’est rallié depuis 2007 à Sarkozy et le voilà menacé par une candidature Hollande fort rassurante sur son centre gauche. À l’inverse, le candidat commun du Front de Gauche porte les espoirs des forces qui se battent inlassablement depuis plus de quinze ans contre les régressions sociales, forces qui trouvent aujourd’hui, par cette candidature unitaire, la traduction politique de leurs luttes.

Publié dans Élections 2012

Commenter cet article

Un partageux 06/02/2012 01:06


Bayrou ? Suffit de regarder ce qu'il a fait de son MoDem, pourtant aveuglément dévoué, pour penser qu'il ne reverra pas son résultat de 2007...


Et puis ouvrir les oreilles dans la rue, dans les manifs, au boulot ou au bistrot, pour mesurer combien sont surfaits les candidats des medias et sondologues... Mimolette, par
exemple, on n'en entend jamais parler. Pas même chez les gens du PS de mon département ! 


Le seul nom que l'on entende, dans cette drôle de campagne électorale, c'est celui de Mélenchon. Y compris chez les socialistes de mon quartier !