Elu Président, Hollande capitulera-t-il devant les spéculateurs ?

Publié le par Poing rouge

C'est bien sûr la question qui taraude l'électorat de gauche, échaudé par les "aventures" des socialistes en Europe. Que se passera-t-il au lendemain de l'élection si le "cap" n'est pas fermement tenu ? Et si un bon mot, repris en boucle par les journalistes - "Hollande, capitaine de pédalo, dans une saison des tempêtes" - cachait,de fait, une vérité.

 

Flou sur ses intentions, arc-bouté sur une campagne-référendum anti Sarkozy, Hollande n'est sans doute pas l'homme de la situation.

 

JouerContreLaFrance

 

Dès aujourd'hui il faut riposter aux attaques des spéculateurs, comme en témoigne le communiqué de Jean-Luc Mélenchon, candidat commun du Front de Gauche, daté du 11 avril 2012 : 

 

Une nouvelle arme de la finance contre la France

 

"Pendant que Sarkozy et Hollande se font des querelles de mots sur la finance, celle-ci vient de s'offrir un nouveau pouvoir considérable en France. Je condamne la création annoncée pour lundi 16 avril prochain d'un nouvel instrument spéculatif
contre la dette française. Lancé par la bourse de Francfort sur le Marché européen des produits dérivés, ce "contrat à terme sur les obligations d'Etat françaises" va offrir des moyens considérables aux spéculateurs pour attaquer notre pays.


Ce nouvel instrument de faire de l'argent sur le dos de notre peuple a aussitôt été saisi par les banksters qui ont déjà déclenché la crise de 2008 aux USA puis celle de la dette en Europe, comme les banques anglo-saxonnes Morgan Stanley et
Barclays Capital.


Face à ce nouveau coup de force de la finance contre notre pays, je m'étonne du silence de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement pourtant si prompts à agiter la menace des marchés financiers contre la gauche.


J'invite François Hollande à prendre conscience du danger qui menace et à rejoindre ma stratégie de combat. Je préviens que si je suis élu, ces contrats seront interdits comme toutes les ventes à découvert et les CDS non adossés. Je préviens
que des poursuites seront engagées contre ceux qui ont préparé ou facilité la mise en place de ces mesures contre les intérêts économiques fondamentaux de la nation (article 410-1 du code pénal)."

 

Aux urnes, citoyens !

Publié dans Élections 2012

Commenter cet article