Eva Joly, victime d'un jeu politique pervers

Publié le par Poing rouge

Montrée du doigt, moquée pour son accent "germanique" et ses origines "nordiques", la candidate EELV est sommée, semaine après semaine, de se justifier sur une campagne qui ne décollerait pas. Nadine Morano, jamais en reste en matière de beaufitude calculée, de rajouter : "Le problème d'image d'Eva Joly ne vient pas que de son accent, c'est aussi physique." On finirait par les croire tous ces bougres ! Et ouvrir un procès en illégitimité ! Certains n'envisageaient-ils pas de rappeler Nicolas Hulot, le gentil animateur de télévision ?

 

Eva-Joly

Que disent les derniers sondages ? Par exemple, le sondage IFOP des 11-14 février 2012 : Eva Joly est créditée de 3,5% d'intentions de vote. C'est peu ! "L'étrangère" ne serait-elle pas audible ?

 

Ecartons-nous un instant de la meute ricanante et comparons ce sondage aux résultats des Verts aux présidentielles depuis 1974 ...

 

Vote-vert

 

On constate qu'il n'y a pas de quoi pavoiser et que, par exemple, Dominique Voynet en 2007, n'a fait que 1,57%,  et ce malgré une candidate socialiste qui n'inspirait pas beaucoup le "désir d'avenir". Face à Monsieur Hollande, qui caracole à près de 30% d'intentions de vote et qui prétend engranger le "vote utile", la campagne d'Eva Joly est somme toute honorable.

 

La morale de cette histoire c'est que les Français veulent qu'on leur parle politique, et le positionnement ambigu des Verts face à la question sociale ne les satisfait pas plus aujourd'hui qu'hier. 

 

La morale de cette morale c'est qu'Eva Joly est la victime d'un cruel battage médiatico-politique tristement banal.

 

Publié dans Écologie politique

Commenter cet article

des pas perdus 15/02/2012 18:13


En tout cas pour cette élection, les Verts se sont eux-mêmes sabordés...