Front de Gauche, tendance " Radicalement anti-PS "

Publié le par Poing rouge

Nous sommes quelques-un-e-s, électeurs-trices du Front de Gauche, qui n’avons pu, malgré les appels, nous résoudre à glisser dans l’urne un bulletin "Hollande".

 

Nous nous sommes lu et reconnus sur les réseaux et, conscient-e-s des raisons tactiques qui motivaient le choix des formations politiques du Front de Gauche, nous avons pris le temps de la réflexion. Certain-e-s se sont finalement rallié-e-s au choix tactique, d’autres, dont je suis, ont préféré le vote blanc ou l’abstention.

 

2012-05-06-Retour-a-la-norm

 

Chacun-e s’expliquera sur son choix, en conscience. Pour ma part, je me suis déterminé à partir des considérations suivantes :

 

- Mon histoire politique personnelle : j’ai voté socialiste le 10 mai 1981 pour élire François Mitterrand et le 21 juin pour lui donner une majorité à l’Assemblée Nationale. La rupture du consensus socialo-keynésien de l’année 1983 a marqué pour moi l’éloignement définitif du vote socialiste en toutes circonstances et quel que soit le scrutin.

 

- L’unité de la gauche minoritaire : cette unité, construite sur un anti-néolibéralisme et un anti-capitalisme, et dont le Front de Gauche est l’outil, n’a de sens que dans une opposition radicale au mouvement social-démocrate, dont l’inflexion néolibérale, tant sur le plan européen que sur le plan national, n’est plus à démontrer. À mes yeux, il n’y a donc pas de majorité de gauche envisageable, à quelque échelon que ce soit.

 

- Nos choix tactiques sont inaudibles, voire corrompus par la presse socialisante, compte tenu de l’hégémonie culturelle du social-libéralisme, et nos votes ont participé, de fait, au plébiscite du candidat socialiste.

 

 


Publié dans Élections 2012

Commenter cet article

Annie 23/05/2012 09:28


j'ai aussi voté en pensant à autre chose.


De ma vie je ne me suis jamais abstenue. C'était pas une raison. Je ne voulais pas voter, j'ai pas arrêter de l'écrire. En quelque sorte je me suis trahis moi-même.


Je ne pense pas que nous soyons divergents. C'est simplement la perception ou ressenti du trop de sarko qui fut déterminant.


mais aux legislatives …

le journal de personne 14/05/2012 21:18


Rouge biaisé

Pour la France
Pour le sens de notre souffrance
Le bon sens n'est pas la bonne solution
Pour tous les capés, pour tous les rescapés
Le bon sens n'a aucun sens...

http://www.lejournaldepersonne.com/2012/05/rouge-biaise/

Cardamone 08/05/2012 23:50


Je te comprends mais je n'aurais pas supporté Sarkozy 5 ans de plus!

Un partageux 06/05/2012 23:07


Par ma part j'ai voté Hollandréou en me pinçant le nez, en traînant les pieds, en rasant les murs, en bougonnant. En incitant même tel ou tel à voter avec la même absence d'enthousiasme que moi.
Mais il ne me viendra pas à l'idée de critiquer ton choix. Pour les temps à venir il est important de nous respecter quel que soit le ou les choix que nous ferons. Nous aurons même à faire
cohabiter ouvertement des positions divergentes. Par respect pour nos camarades engagés dans un même combat contre le capitalisme. Un combat où le chemin de l'un sera parfois différent du chemin
de l'autre.