Hollande - Mélenchon : Radicalement autres !

Publié le par Poing rouge

Ce billet est écrit au lendemain du meeting de Lille qui rassembla 15 000 personnes à l’intérieur du Grand Palais et 8 000 autres sur le boulevard extérieur. Ivresse du nombre " La rivière est sortie de son lit ".

 

1- Un nouveau jour se lève sur le champ politique. Marine Le Pen, déstabilisée par le coup de projecteur du Front de Gauche, n’est plus la coqueluche des médias qui redoutent aussi la lumière. Se repliera-t-elle sur le dernier carré de ses combattants irréductibles ? François Bayrou, général sans armée, se résoudra-t-il à un armistice honorable ? Libéré sur sa droite et au centre, Nicolas Sarkozy pointerait alors en tête au premier tour, mais chuterait au second. C’est en tout cas ce que constatent les sondages pour l’instant. À gauche, le spectre du 21 avril est écarté par la campagne du Front de Gauche et Jean-Luc Mélenchon clôt la séquence traumatique ouverte en 2002. François Hollande bénéficie toujours d’un socle électoral solide et la bonne surprise d’un Front de Gauche fort, qui devrait distancer Marine Le Pen dans les jours qui viennent, offre aux électeurs de gauche, affranchis du " vote utile ", un véritable choix politique pour le premier tour.

 

KMDecompose

 

 

2- "Penser le changement ou changer le pansement ? " s’interrogeait Daniel Mermet dans son émission sur France Inter. La figure de style est pertinente car les deux concurrents à gauche portent bien deux visions du monde (deux idéologies selon la terminologie Gramscienne). Deux visions qui s’affrontent dans les luttes sociales et politiques depuis plus de vingt ans. Tandis que l’un, François Hollande, s’inscrit dans la tradition social-démocrate européenne, le socialisme libéral, frère jumeau du social libéralisme de droite, l’autre, Jean-Luc Mélenchon, qui défendit le "non " de gauche au TCE en 2005, s’inscrit dans la tradition du socialisme révolutionnaire de la lutte des classes. L’un n’envisage pas un autre monde possible, l’autre regarde au-delà de l’horizon capitaliste.

 

3- Un référendum ou un choix politique alternatif ? Hollande, bouclier anti-Sarkozy, intéressa au début de l’hiver, puis lassa aux  prémices du printemps. Les électeurs qui attendent une riposte forte aux politiques libérales se détournent d’un programme sans saveur, qui ne promet rien d’autre qu’une politique de rigueur peu différente des politiques d’union nationale qui fleurissent en Europe. Chasser l’extrême droite qui divise les travailleurs, battre Sarkozy et tourner la page des politiques qu’il incarne violemment,  tel est le message porté de rassemblements en rassemblements, de Nantes à Lille, par ce " Front du peuple " conscient, déterminé, discipliné, foule joyeuse et innombrable, qui investit la place de la Bastille, un certain 18 mars 2012 .

 

4- Un vote historique. Les dégâts sont tels aujourd’hui qu’il ne suffira pas de repeindre le capitalisme en vert ou de changer le pansement. Le compromis social-démocrate a vécu face au capitalisme financiarisé et à la catastrophe écologique. Une nouvelle ère commence, et la victoire des idées portées par le Front de Gauche est inéluctable.

 

 

 

Publié dans Élections 2012

Commenter cet article

des pas perdus 28/03/2012 18:54


L'espoir est là, plus que jamais :-)