"Non" en 2005 ! Mélenchon en 2012 !

Publié le par Poing rouge

Nous avons de la suite dans les idées. Le 29 mai 2005, nous étions 10 300 000 électeurs de gauche qui rejetions l'Europe libérale du TCE. Une victoire arrachée contre l'ensemble des médias, presse écrite, parlée, télévisuelle, et les directions du PS et des Verts, une victoire portée par un ensemble de forces rassemblées, MRC, LCR, LO, PCF, les "nonistes" du PS et des Verts, CGT, FO, Solidaires, FSU, UNEF, Sud Etudiant, Fondation Copernic, Attac ... Le PCF qui était alors la seule force politique "autorisée" à participer à la campagne officielle avait ouvert aux autres son espace officiel.

 

20052012

 

"Ouiouistes", minoritaires, et "nonistes" majoritaires. Tel fut en mai 2005 le nouveau visage de la gauche. Victoire éphémère cependant, car il ne suffit pas de se rassembler pour dire "non", il faut ensuite construire le front populaire qui fait cruellement défaut à gauche et qui incarnera cette prise de conscience.

 

Que cette victoire nous ait ensuite été volée, par l'adoption du Traité de Lisbonne, n'a pu que nous conforter dans notre détermination à construire la force politique unitaire capable de résister aux libéraux et de proposer un projet alternatif. "Têtes dures" aux histoires différentes, anarcho-syndicalistes, altermondialistes, écologistes, féministes, communistes, socialistes, tous citoyens progressistes, nous nous sentons à l'aise au sein du Front de Gauche.

 

Que de similitudes entre ces deux moments du combat ! Pas plus qu'en 2005, nous n'avons,  en 2012, une audience favorable. Les dés sont pipés et les jeux sont faits - "choisissez entre Hollande et Sarkozy, et délectez-vous, entre-temps, de leurs petites phrases, de leurs coups médiatiques ! Suspense garanti !"

 

Mais comme en 2005, nos consciences s'éclairent mutuellement, nous discernons mieux, aujourd'hui, après tant et tant de coups portés au travail, aux services publics, à la souveraineté populaire dans le cadre de cette Europe libérale de la "concurrence libre et non faussée", les contours des deux camps en présence. Car il ne faut pas se raconter d'histoire, la frontière qui nous sépare de l'autre camp - celui qui prône l'union des classes dans l'économie de marché et le capitalisme vert - passe bel et bien par Cohn-Bendit et Hollande. Bien sûr, certains, autour d'Emmanuelli, de Marie-Noëlle Lienemann ou de Noël Mamère qui se retrouvent avec nous pour voter contre le Mécanisme Européen de Stabilité sont tentés par le vote utile mais, inéluctablement, parce que le PS est bien "l'astre mort" dont parle Jean-Luc Mélenchon, la recomposition à gauche se fera et le pivot en sera le Front de Gauche.

 

 

 

Publié dans Élections 2012

Commenter cet article

Veronika Daae 09/03/2012 21:50


Avec Mélenchon, place au peuple, reprenons le pouvoir.  Nous voulons un référendum sur le traité européen: http://www.referendum-europe.org/


Europe: pas sans nous!


Appel des 200 pour un référendum sur le nouveau Traité européen


 Plusieurs traités européens ont déjà dépossédé les citoyens de la possibilité de choisir les orientations de l’Union européenne.


Aujourd’hui, la Grèce mais aussi le Portugal, l'Irlande et l'Italie se voient imposer des décisions majeures dans des domaines qui ne sont de la compétence, ni de la
commission, ni du conseil européens. Les dirigeants et les technocrates de l'Europe, au service de la finance, enfoncent les populations dans la récession, la régression sociale et la misère,
renforçant ainsi les inégalités, les discriminations et la xénophobie.
Le sommet européen a adopté le 9 décembre, le projet du TSCG (Traité sur la stabilité, la coordination, et la gouvernance dans l’Union), dit traité Merkozy. Il cherche à donner une base légale à
la répression, la régression sociale et aux dénis de démocratie, durcissant les règles qui figuraient déjà dans le Traité de Maastricht puis dans celui de Lisbonne, imposant de lourdes sanctions
«immédiates» et «automatiques» aux pays contrevenants. Cet accord a vocation à engager l’ensemble des pays de l’Union et l'ensemble des décisions politiques.
Les gouvernants qui entendent limiter aux parlements la ratification du traité manifestent leur mépris des exigences démocratiques.


Ils se font les complices de la remise en cause du principe démocratique fondamental: la souveraineté du peuple...


11000 signatures déjà.  Extrait de la liste des 200 de l'appel: ..., George, Susan (Ecrivain et présidente d'honneur d'Attac),
Girault, Sylvain (EELV), Gispert, Roselyne (Cadre de santé en retraite, Fase), Giry, Thomas (Ecologiste, Front de Gauche), Gondard-Lalanne, Cécile
(Union syndicale Solidaires), Gonneau, Jean-Luc (Gauche Cactus), Grador, Dominique (Conseil national du Pcf, Conseillère générale de Corrèze), Greuter, Henri
(Membre d’Attac et de la Confédération paysanne), Griveau, Jean-Louis ( Bretagne, Les Alternatifs), Guypierre (Sculpteur), Harribey, Jean-Marie
(Economiste atterré), Havet, Serge (Membre d’AC!), Hayes Ingrid (Gauche anticapitaliste), Hérin, Huguette (Ancienne conseillère régionale Pcf,
militante associative), Herboux, Marie-Claude (Féministe, syndicaliste, Fase), Hubert, Myriam (Parti de Gauche, 34), Husson, Michel
(Economiste),...


11000 signatures !


http://www.referendum-europe.org/