Présidentielle 2012, Charlie Hebdo fait le buzz !

Publié le par Poing rouge

La Une du numéro 1033 du 4 avril 2012 de Charlie Hebdo est illustrée d’un dessin de CHARB titré " HOLLANDE PEUT-IL FAIRE PERDRE MÉLENCHON "

 

Le rire naît de cet écart avec le discours dominant qui se décline ainsi : " La Marche Triomphale Vers La Magistrature Suprême De François Hollande, contrecarrée par le candidat Mélenchon allié objectif du candidat Sarkozy ".  

 

20120404Charlie-Hebdo

 

Charb renverse la proposition, anticipe, et nous embarque dans un avenir proche, un avant second tour qui opposerait un Sarkozy (dont Charlie nous dit par ailleurs qu’il « N’A JAMAIS EXISTÉ ») et un Mélenchon prêt pour la photo officielle : jaquette noire et collier de Grand maître de l’ordre national de la Légion d’honneur en sautoir. Irrésistible !

L’humour révèle, au-delà même du petit personnage Hollande au double menton et qui a tombé la veste pour retirer le tapis rouge, la fracture qui mine la gauche.  La gauche qu’ils nomment « de gouvernement » est-elle un obstacle au succès des luttes ? Un obstacle à toute politique alternative ?

Poser la question, c’est y répondre. Et notre mémoire des luttes depuis trente ans ne manque pas de dates et d’espaces symboliques.

 

1995 - Date symbolique

 

Il est bien sûr vain de chercher une origine unique à cette fracture qui se creuse à gauche mais elle est rendue visible par certains événements. Le mouvement social de 1995 est de ce point de vue caractéristique. Novembre : tandis que, Rue de Solferino, « modernistes » favorables au plan Juppé  et socialistes révolutionnaires aux côtés des travailleurs en lutte se déchirent, la CFDT, abandonnant la rue, trahit l’unité syndicale contre le  « plan Juppé » sur les retraites et la Sécurité sociale.

 

Ce plan contenait une série de mesures qui touchaient l'ensemble des travailleurs :

- Un allongement de la durée de cotisation de 37,5 à 40 annuités pour les salariés de la fonction publique. Cette mesure avait déjà été décidée pour les travailleurs du secteur privé lors de la réforme Balladur des retraites de 1993.

- L’établissement d’une loi annuelle de la Sécurité sociale qui fixe les objectifs de progression des dépenses maladies et envisage la mise en place de sanctions pour les médecins qui dépassent cet objectif. 

- Un accroissement des frais d’hôpital et des restrictions sur les médicaments remboursables.

- Le blocage et l'imposition des allocations familiales versées aux familles, combinés avec l'augmentation des cotisations maladie pour les retraités et les chômeurs. 

 

Le plan de réforme se heurte à l’hostilité d’une grande partie de l’opinion publique. Les grèves et les grandes manifestations des mois de novembre et décembre 1995 rassemblent des millions de Français au cri de  « Tous ensemble ! Tous ensemble ! Tous ! ».  CGT, SUD, FSU et secteurs CFDT oppositionnels à la direction, sont dans les carrés de tête.

 

Les dîners du Siècle – Lieu symbolique 

 

 « Tous ensemble ! »  c’est aussi ce que disent à voix basses les convives qui se retrouvent, le dernier mercredi du mois, à l’Hôtel Crillon, place de la Concorde à Paris. Ce dîner qui réunit le gratin de la classe dominante est très couru par les socio-démocrates et les journalistes qui leur cirent les pompes. On ne se lasse pas de réciter la liste ! Qu’on en juge !

-À tout seigneur, tout honneur ! Nicole Notat présidente du Siècle depuis le 1er janvier 2011 (elle a succédé à Denis Kessler, MEDEF). Secrétaire générale du syndicat CFDT de 1992 à 2002 (donc pendant les grèves de 1995)

- François Hollande, candidat socialiste à l’élection présidentielle

- Pierre Moscovici, dircom’ du candidat Hollande, vice-président du lobby patronal « Le Cercle de l’Industrie » créé en 1993 par Raymond Lévy alors président de Renault et DSK (que l’on voit moins aux dîners ces temps-ci). Ce cercle s’est doté d’un Conseil d’Administration bipartisan UMP– PS.

Suivent, à d’autres tables, quelques seconds couteaux, Manuel Valls, Jean-Paul Huchon, Jack Lang, Laurent Fabius, Aurélie Filipetti, Elisabeth Guigou, Martine Aubry … et quelques " pisseurs de copie " Laurent Joffrin, Jean-Marie Colombani, Anne Sinclair, qu’on ne présentent plus …

 

D’un côté, la Rue … De l’autre, les salons du Siècle ! Tout est dit.

 

2012 - L’union de la Gauche

 

« Je n’ai pas les mains liées ! » Dans son discours de Limoges, le 4 avril, Jean-Luc Mélenchon s’est affirmé comme le meilleur rassembleur à gauche, pour battre Sarkozy et l’extrême-droite. Brandissant la Une de Charlie Hebdo "HOLLANDE PEUT-IL FAIRE PERDRE MÉLENCHON?" : «C'est à vous de savoir quel genre de représentant vous voulez», «Votre bulletin de vote c'est pour ou contre l'austérité et si c'est contre l'austérité : c'est moi.».  

 Rassembleur, en effet, celui qui s’est battu aux côtés des communistes pour la victoire du « non » au Traité Constitutionnel en 2005, rassembleur celui qui, avec tous les eurodéputés de la GUE, se bat contre les mesures austéritaires votées par la droite libérale … et les socio-démocrates au Parlement Européen, rassembleur celui qui s’est prononcé contre le MES, tandis que d’autres …

 

Aux urnes, citoyens !

 

 

 

 

Publié dans Élections 2012

Commenter cet article