Présidentielles 2012, un climat de guerre civile ?

Publié le par Poing rouge

Bien évidemment, le halal n'est pas un problème, c'est un coup politique. Un coup minable mais surtout dangereux, qui, bien dans l'esprit du "Choc des civilisations" de Samuel Huntington, dresse des Français contre des Français, stigmatise une partie de nos concitoyens. Il est vrai que, quand on n'a rien à proposer pour l'emploi, le pouvoir d'achat, les services publics, il est tentant de mettre le feu aux poudres pour rameuter la "majorité silencieuse".

 

Acte 1 - Ça se joue avec deux partenaires, le FN et l'UMP. Fidèle à ses traditions intégristes et racialistes, complot juif des années 30 et complot islamiste aujourd'hui, c'est l'extrême droite qui dégaine le 18 février dernier en meeting à Lille où Marine Le Pen déclare : "L'ensemble de la viande qui est distribuée en Ile de France, à l'insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal". Le FN dépose dans la foulée une plainte pour tromperie et actes de cruauté". Rien de bien nouveau donc pour une mouvance politique qui accusait dans les années 30 les bouchers casher d'empoisonner la population à son insu.

 

Cible

 

Acte 2 - A droite, on hésite sur la bonne stratégie. Dans un premier temps le 21 février, Nicolas Sarkozy envoie un tweet, dès 5 heures, pour annoncer sa visite à Rungis. Après avoir rencontré les professionnels, il déclare : "La polémique n'a pas lieu d'être". Son ministre Claude Guéant va dans le même sens au Grand Jury : "Il y a en Ile de France des abattoirs qui sont habilités à faire des abattages selon le rite et qui sont destinés à une consommation spécifique". 

 

Acte 3 -La droite change de cap et exploite le filon, à un moment où le candidat peine à s'imposer. C'est de l'aveu même de Nicolas Sarkozy, le 5 mars, un sondage qui impose le revirement : "Un sondage disait, il y a dix jours, que le premier sujet de préoccupation des Français, c'est cette question de la viande halal". Le fidèle Claude Guéant emboîte le pas et évoque un lien entre vote des étrangers et halal à la cantine scolaire fréquentée par plus de six millions d'enfants - 1 enfant sur 2 dans le primaire et 2 sur 3 dans les collèges et lycées. Accorder le droit de vote aux étrangers pourrait conduire à ce que "des étrangers rendent obligatoire la nourriture halal". Sarkozy conclut la séquence 3 par cette pirouette : "Il y a des sujets, si les républicains n'en parlent pas, ce sont les extrêmistes qui en parlent mal". Le Pen appréciera le rapt !

 

Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, et à présent François Fillon,  opèrent donc bien l'extrême-droitisation que dénonce le Front de Gauche. Ils espèrent tirer les bénéfices de cette infâme séquence auprès d'un électorat fragilisé, blessé par la crise du capitalisme. En dressant les uns contre les autres, en attisant les phobies. Salauds !

 

 

 

Publié dans Lutte des classes

Commenter cet article

des pas perdus 06/03/2012 22:10


C'est un coup du FN,d'ailleurs elle a sorti son halal la semaine du vote et donc du débat sur le MES... Etonnant, non?

Un partageux 06/03/2012 15:34


"Je suis partout". "Gringoire". Retour aux temps bénis de Mussolini ? Ou des nazis ? On voudrait une guerre civile qu'on ne s'y prendrait pas autrement. Nauséabond !