Une vieille maîtresse

Publié le par Poing rouge

La social-démocratie européenne est aujourd’hui la vieille maîtresse délaissée d’un capitalisme émancipé : son rôle historique s’achève à l’exemple de Monsieur Papandréou agenouillé et humilié par un amant au cœur de pierre.

 

Si les circonstances historiques des « Trente Glorieuses », la reconstruction d'après guerre et la puissance redoutée du mouvement ouvrier, ont permis cette « liaison » raisonnable de l’économie de marché et du progrès économique et social, ce pacte tacite s’est délité à l’usure du temps et les années Reagan - Thatcher amorcèrent le retour d’un capitalisme de guerre de classe.

 

Aujourd’hui, alors que se creusent les déficits publics pour plaire aux nouvelles amantes des marchés financiers, alors que les peuples subissent les pires régressions sociales face aux classes dominantes triomphantes, que nous proposent les Zapatero en Espagne, Socrates au Portugal, Papandréou en Grèce, pour plaire au vieil amant volage ? de céder à tous ses caprices ? 


  Que nous propose Monsieur Hollande, lui qui, hier, insultait le non de gauche au TCE, lui qui ne remet pas en cause le traité scélérat de Lisbonne ?

 

Faut-il, encore une fois, pleurnicher avec la vieille maîtresse, au risque de lendemains déprimants ?

 

Non ! Résistance ! Nous disposons aujourd'hui de l'outil de notre rassemblement : le Front de Gauche. Menons notre propre combat de lutte des classes. 

 

29 janvier 2012

Commenter cet article